Stéphane Tiki (promo 2005) : « pour ma part, je ne vis pas de la politique, c’est une passion et un engagement. »

Parti de Yaoundé, Stéphane est aujourd’hui une figure dans le monde politique en France. Pour vous donner le contexte, il est un ancien président des Jeunes UMP et il a notamment rencontré Nicolas Sarkozy. Cher Stéphane, peux-tu nous raconter comment tu y es parvenu dans l’un puis l’autre des cas ?

J’y suis arrivé grâce à une équipe en or dont certains sont devenus mes meilleurs amis aujourd’hui. 

(J’y suis ensuite arrivé par le travail, une vraie connaissance du terrain, des fédérations et des propositions pour améliorer le mouvement jeune). Chaque week-end, j’allais dans un département pour une réunion, afin d’échanger, débattre avec les jeunes, rencontrer les élus. J’ai atteint les 400 déplacements entre 2011 et 2014. Ensuite j’ai été élu Président des Jeunes à l’unanimité par le Bureau National. La première fois que j’ai vu le Président Nicolas Sarkozy, c’était le 14 janvier 2007 lors d’un meeting, à vrai dire j’étais tellement au fond la salle que je n’arrivais à pas le voir avec la foule du coup je le voyais sur un écran TV. Je l’ai réellement rencontré en 2012 lorsque j’ai fait toute sa campagne présidentielle. En 2013, j’ai eu l’honneur d’être reçu par Nicolas Sarkozy pour m’encourager dans mon parcours. Ça a été un grand moment de pouvoir échanger sur mon engagement avec l’homme qui m’avait donné l’envie de m’engager. Lorsque j’ai été élu Président des Jeunes UMP, il était Président du parti. J’ai beaucoup appris à ses côtés au quotidien. Il reste aujourd’hui un repère et une référence dans ma famille politique.

Merci, pour cette belle introduction et bienvenu à toi sur Sharing Time, c’est un honneur pour nous de te recevoir. À présent si nous commencions par le commencement, pourrais-tu te décrire en quelques mots pour nos abonnés qui ne te connaissent pas ?

J’ai 32 ans et je suis aujourd’hui Directeur du Développement du groupement du Patronat Francophone. Ça a été un honneur d’avoir été à Fustel de Coulanges pendant 10 ans et c’est un immense plaisir pour moi d’échanger avec l’association ALFY à qui je veux rendre hommage pour cette excellente initiative et pour tout le travail qu’ils accomplissent au quotidien. Je me suis engagé en politique en 2006. En 2013, j’étais nommé Secrétaire National et en 2014 j’ai été élu Président des Jeunes UMP.

Félicitations pour cette belle ascension et merci pour ces chaleureux encouragements qui ne manqueront pas d’alimenter notre motivation au quotidien ! Dis-nous, au regard de cette expérience, pourquoi ne t’es-tu pas présenté aux élections municipales?

J’ai eu de nouvelles responsabilités dans ma carrière professionnelle mais j’étais engagé à fond aux cotés de Rachida Dati que je soutiens depuis 12 ans et dont j’ai été le Responsable des Jeunes en 2008.

Et quel a été le parcours académique que tu as suivi fraichement diplômé de ton baccalauréat ?

Après mon Baccalauréat obtenu en 2005, je me suis rendu à Paris où j’y ai intégré l’Université la Sorbonne dont je suis ressorti diplômé en économie et en relations internationales. J’ai ensuite travaillé à la ligue internationale contre le racisme et l’anti sémitisme.

Plongeons-nous maintenant au cœur de ton parcours professionnel des plus inspirants, quelles ont été les principales difficultés que tu as rencontrées en politique ? Par exemple, est-ce que le fait de ne pas avoir été à Science Po aura été un frein ?

La première des difficultés est de s’engager. C’est toujours compliqué le premier jour d’arriver quelque part où on ne connait personne mais avec le temps et la persévérance, on se fait sa place. La seconde difficulté est le temps que ça prend. Quand tu t’engages à fond, il y a des missions à remplir, ça te prend du temps dans ta vie et du coup on a moins de temps pour les moments personnels. Il n’y a que le travail, le terrain et la détermination qui peuvent te permettre de remplir tes objectifs. Ne pas avoir été à sciences po n’a pas été un frein, certains sont passés par sciences po et d’autres viennent des universités, des grandes écoles ou des filières professionnelles. Certains vous diront toujours que ce n’est pas le moment ou que ce n’est pas fait pour vous. Peu importe votre projet, si vous sentez que c’est le moment, il faut foncer, croire en vous et croire en vos rêves.

En plus du monde politique, tu es également actif dans le monde associatif, qu’est-ce que cela représente pour toi ?

C’était important pour moi de m’engager dans le milieu associatif. Cela permet de donner, aider et transmettre. Je suis engagé auprès d’associations dans les quartiers populaires et dans le combat contre les violences faites aux femmes. Avant le confinement, j’ai rencontré les étudiants d’une école de la deuxième chance et les étudiants de l’EPIDE qui est un établissement pour l’insertion professionnelle des jeunes afin de leur parler de la méritocratie , de l’échec et la réussite. L’échec est un vecteur de réussite. Churchill disait : « Le succès n’est pas final, l’échec n’est pas fatal. C’est le courage de continuer qui compte »

Et actuellement, que fais-tu et en quoi consistent tes différentes missions quotidiennes ?

Actuellement je suis Directeur du Développement du groupement du Patronat francophone qui est le 1er réseau d’affaires francophones. Mes missions au quotidien sont de renforcer les échanges entre les acteurs économiques de la zone francophone et connecter les entreprises et les acteurs des pays francophones et francophiles.

Compte-tenu de ton orientation professionnelle actuelle, partages-tu l’avis de Virginie Camels lorsqu’elle préconise une expérience dans le privé avant de se lancer en politique ?

Je pense qu’il faut se lancer en politique dès que l’on se sent prêt à s’engager et défendre ses valeurs, que l’on vienne du lycée, d’une université, une grande école, d’un milieu professionnel ou d’une expérience dans le privé. J’ai beaucoup d’admiration pour le parcours professionnel de Virginie Calmels. Je pense qu’une expérience dans le privé est bénéfique pour l’engagement politique. Ça permet de se construire et d’apprendre dans un milieu différent. Pour ma part, je ne vis pas de la politique, c’est une passion et un engagement. L’expérience dans le privé permet aussi de garder sa liberté.

Si tu devais nous parler de tes projets d’avenir, où te vois-tu dans 5/10 prochaines années ?

Je ne sais pas où je serais dans 5/10 ans, d’ailleurs si nous avions eu cette interview il y a 10 ans, je n’aurai jamais imaginé arriver là j’en suis aujourd’hui. J’espère que mes proches et moi auront la santé, j’espère fonder une famille. Je vais continuer à tout donner dans ma carrière professionnelle et dans mon engagement politique pour toujours aller plus haut.

Enfin, quels conseils donnerais-tu à des jeunes issus de l’immigration qui veulent aller en politique et suivre la même trajectoire que toi ?

Je dirai à ces jeunes qu’il faut qu’ils aient le courage de s’engager. Qu’il faut croire en vous et tout donner au quotidien pour atteindre vos rêves et vos objectifs. N’ayez pas peur de l’échec, prenez des risques, c’est parce qu’on a déjà échoué qu’on peut réussir. Nelson Mandela disait « Je ne perds jamais, soit j’apprends, soit je gagne ». Il poursuivait en disant, « Ne me jugez jamais sur le nombre de fois où j’ai réussi mais le nombre de fois où je suis tombé et je me suis relevé. »

Certains vous diront que ce n’est pas fait pour vous ou que ce n’est pas votre moment. Vous serez souvent attaqué sur tout (votre personnalité, vos compétences, vos origines ou votre couleur de peau) . Il faudra s’en servir comme d’une force, ça doit vous conforter dans la détermination d’atteindre vos objectifs. 

Vivez avec passion, croyez en vos rêves, donnez-vous les moyens pour les réaliser car rien n’est impossible, Bonne chance !

Ce sont sur ces formidables paroles que nous concluons cet échange.

Cet article est paru le 17 mai 2020.

Propos recueillis par Chris Wakata (promo 2016).

Interviews d’alumni


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s