Stevie Nkoto Angoula (promo 2016) : artiste en herbe depuis les années lycée

Au lycée, Stevie ou plutôt Stevie Enay était toujours aperçue guitare à la main, fredonnant un air ou l’autre. D’où est né cet amour pour cet instrument et plus généralement pour la musique ?

Mon amour pour cet instrument est né d’un film que l’une de mes grandes sœurs m’avait montré lorsque l’on s’est retrouvées. Ça faisait plusieurs années que je n’avais pas vu cette sœur, et quand je l’ai revu elle faisait de la guitare, elle chantait… J’étais tellement fascinée par ça. Et vu que mon père en faisait aussi, pour moi c’était évident que c’était ce qui nous rapprochait le plus.

Dans la guitare voire dans la musique, j’ai découvert justement ce sentiment de rapprocher les gens, de pouvoir communiquer avec eux, de les mettre d’accord et de les toucher au plus profond d’eux. J’y ai trouvé une autre facette de moi et aussi un abri et un soutien dans les temps difficiles.

Après le lycée qu’as-tu décidé de faire ? Et comment l’allies-tu avec ta passion ?

Après le lycée Fustel de Coulanges, j’ai décidé de faire une classe prépa économique puis de poursuivre en école de commerce où je suis actuellement. En prépa, c’était dur de faire de la musique et mes autres activités faute de temps et d’énergie car ça me prenait toute mon énergie. Mais là en école de commerce, j’ai beaucoup plus de temps pour me concentrer sur mes projets personnels et notamment sur ma carrière musicale, et vu que dans mon école je fais partie du bureau des arts, il m’arrive de travailler professionnellement dans ma passion.

Tu as effectué un passage au Jamel Comedy Club. Quels souvenirs gardes-tu de cette soirée ?

Le Jamel Comedy Club ? Une superbe expérience. Ce n’était pas une soirée humoristique comme celles qui sont diffusées, mais une soirée spéciale pour les jeunes talents en présence notamment d’André Manoukian (artiste français, juge de Nouvelle Star) et Taig Khris avec qui j’ai pu échanger suite à ma prestation. André Manoukian particulièrement m’a donné beaucoup de conseils et m’a mise en confiance. Les personnes du public avec qui j’ai parlé m’ont également complimenté et m’ont donné beaucoup de courage pour la suite. C’était vraiment une belle soirée !

Quels sont tes projets sur le court et moyen terme ?

Mes projets ? Alors j’en ai plein. D’ici fin février j’ai la sortie de mon premier single « Come to my universe » écrit et composé par moi-même et produit par Life On Mars Production. J’ai également des passages en webradio, des concerts, la sortie de mon deuxième single et plein d’autres surprises pour 2019 que je pense, vous serez contents de découvrir.

Si tu avais des conseils à donner à des élèves / étudiant.e.s tout aussi passionné.e.s que toi ?

Le conseil principal que je donnerai c’est de foncer. Un philosophe futuriste du XXI siècle qui se nomme Drake a dit « Everybody dies but not everybody lives » (tout le monde meurt mais tout le monde ne vit pas). Alors vivez, rêvez, osez, ne vous mettez pas de barrières car avec du travail et de l’acharnement, même le rêve le plus fou est réalisable. Et la seule différence entre le rêve et le projet, c’est le travail. Donc lancez-vous et n’ayez pas peur de l’échec car l’échec d’aujourd’hui prépare la réussite de demain.

Enfin, des petits souvenirs ou anecdotes de ton passage au lycée Fustel de Coulanges à partager avec nous ?

Alors, de Fustel j’ai gardé beaucoup de souvenir tellement j’y ai fait de choses. Je me souviens plus particulièrement du concours de jeune talent que j’y avais organisé. J’avais fait participer les jeunes artistes de l’école et de l’extérieur car je voulais encourager les jeunes à développer leurs talents, les assumer et les partager car le talent ça se partage. Du coup j’y avais fait des castings, le proviseur m’avait beaucoup aidé, conseillé et soutenu, le professeur de musique de l’époque m’avait aussi apporté son aide et mes camarades de Terminale aussi. L’évènement était bien, les gens ont apprécié, élèves comme professeurs, j’étais super contente du résultat et surtout, de voir que dans cette école, on se soutient tous mutuellement dans nos projets.

Un dernier mot ?

Comme je l’ai dit plus haut. Vivez, rêvez, osez.

Cet article est paru le 07 février 2019.

Propos recueillis par Dona Biyong (promo 2014).

Interviews d’alumni


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s